Nature morte – Gabriel B

Observer le réel : voila notre credo
Copier les Maitres

Les apprentis dans les ateliers de peintre se formaient en copiant leurs aînés et les dessins des artistes de talent.

Drapé d’après Lorenzo di Credi
Stylo bic sur papier

Il est intéressant de se pencher sur une œuvre et de la copier jour après jour. On se rend compte de l’évolution de notre regard, de notre perception de l’œuvre. Dans le cas d’un portrait, si la ressemblance est le critère de réussite, on s’aperçoit de chaque essai, avec un regard neuf, donne un résultat différent. Car en réalité, la copie d’un portrait est un exercice miroir : en observant la personne, en cherchant à la comprendre, pour rendre au mieux son caractère, on fait un compte-rendu de notre état d’âme, de notre humeur.

Au cours d’un séjour à Turin, j’ai eu la chance de pouvoir profiter du Portrait d’homme d’Antonello de Messine daté de 1476, conservé au Museo Civico au sein du Palazzo Madama.

Cet homme, sans doute riche commerçant, nous regarde avec aplomb et confiance. Il nous défie du regard comme pour nous évaluer, nous jauger, nous défier…

Les portraits que j’ai réalisés reflètent donc plus l’évolution de ma vision au cours de ces visites successives…. que l’œuvre originale d’Antonello de Messine !

Henri Toulouse Lautrec, lors de l’exposition au Palazzo Chiablese à Turin

Musée des Beaux Arts de Chartres
Publicités